Entrée en 2018 dans le “Academic Ranking of Word Universities“, l’École s’y trouve désormais présente dans trois catégories. Comparée à ses homologues françaises, elle affiche de bonnes positions en Génie mécanique, Ingénierie métallurgique et Automatisme.

Sur 1 000 universités et écoles dans le monde, Arts et Métiers ParisTech figure désormais dans la tranche 101-150 en Mechanical Engineering, domaine où, l’année dernière, l’établissement figurait dans la tranche 151 à 200. En France, l’école arrive 5e dans ce domaine, 6e en Metallurgical et 7e en Automation & Control. Tels sont les enseignements nous concernant de l’édition 2021 du classement thématique des universités mondiales, aussi nommé Classement de Shanghai.

Créé au début des années 2000 par l’université Jiao-tong de Shanghai, ce classement visait à définir une stratégie permettant aux universités chinoises de se hisser au niveau de leurs homologues internationales. Qu’elles aient ou non atteint cet objectif, le classement de Shanghai, lui, s’est hissé au rang de référence mondiale. Chaque parution bénéficie d’une telle couverture médiatique, notamment en France, qu’aujourd’hui ce sont nos universités et écoles qui se comparent entre elles à cette occasion.

De nombreux spécialistes français de l’aide à la décision ont relevé des paradoxes dans la méthode de calcul du classement de Shanghai et critiqué le choix des critères utilisés, qui concernent principalement la recherche. Ils ont en particulier conclu que ce n’était pas un outil pertinent pour guider les étudiants et leurs familles… Il n’empêche, la campagne médiatique s’est encore accélérée cette année et nous en relayons les résultats.

Rappelons que Jean-Guy Quéromès (An.172), vice-président formation et industrie de la Soce, travaille en étroite liaison avec Amaëlle Mayer, cheffe de cabinet à la Direction générale d’Arts et Métiers, pour analyser les classements de l’École. Le groupe de travail qu’il préside s’intéresse bien sûr à la publication de Shanghai, mais il s’attache davantage à faire évoluer les critères capables de rendre Arts & Métiers Sciences et Technologies de plus en plus attractive, parmi lesquels l’employabilité, la proximité avec les entreprises ou encore l’ouverture internationale. Pour lui, ce sont les classements annuels de L’Étudiant et du Figaro qui reflètent le mieux la réalité. Leurs dernières éditions, en décembre, plaçaient Arts et Métiers 16e dans le premier, 14e dans le second, en progression de deux places. En attendant mieux !

Autres communications