Accueil > L'Association > Retour sur les baptêmes de l'édition 2019

Retour sur les baptêmes de l'édition 2019

235_Angers2019 1
02.01.2020

Du 23 novembre au 8 décembre derniers, cérémonies et monômes viennent de célébrer l’avènement de sept nouvelles promotions de gadzarts. Trois week-ends successifs, qui ont marqué leur entrée dans la communauté et récompensé les efforts de leurs anciens pour atteindre ce grand moment. Reportages dans tous les campus.

Festivités, discours, remise des biaudes, des uniformes… Entre fin novembre et début décembre chaque année, les nouveaux gadzarts sont solennellement accueillis dans tous les campus. Héritage de l’histoire locale, les cérémonies prennent des formes diverses. Bordeaux est ainsi le seul des sept tabagn’s qui n’organise pas un baptême à cette période, mais une journée de l’engagement aux valeurs des gadzarts. Elle a eu lieu le 7 décembre, réunissant anciens et conscrits en présence des parrains de la nouvelle promotion. Le baptême officiel aura lieu le 15 février 2020. Une journée intense qui s’achèvera par le gala des fignos, plus grande soirée dansante de la région (5.000 personnes).
 
Troisième week-end de novembre
Cluny, Lille et Metz ont organisé leurs baptêmes les 23 et 24 novembre. Quoiqu’à Lille, on préfère parler de fignoss (avec deux s, ils y tiennent). Au moment le plus symbolique, dans l’après-midi du samedi, les conscrits se présentent à leurs anciens puis ils forment un A et un M entrelacés dans la cour tandis que parents et archis les observent depuis le premier étage. Le soir même se tient dans l’école le grand bal des fignoss, qui accueille plus de 4 000 personnes.
 
Le grand gala (GG) de Cluny en accueillera autant mais il faut attendre le 30 mai 2020. En novembre, le baptême est une cérémonie plus familiale dans tous les sens du terme : le conscrit est accueilli dans sa famille gadzarts le vendredi soir avant de défiler en ville le dimanche sous le regard sans doute attendri de ses parents… On peut affirmer sans se tromper que ce jour-là, comme le soir du GG, la population de cette petite ville (4 800 habitants) double de taille.
 
Metz est bien plus grande (117 000). Pas de quoi intimider les gadzarts, qui ont organisé le baptême samedi 23 novembre en plein centre-ville, sur la place de la Comédie, une grande première cette année. Anciens et conscrits ont formé deux monômes en carré sur ce site historique avant se réunir pour chanter l’hymne devant de nombreux amis et badauds. Le soir même, un repas de 400 couverts était organisé pour les parents, suivi d’une soirée dansante qui a reçu 1 600 personnes.
 
Aix-en-Provence puis Angers et Châlons
À Kin, dans l’après-midi du samedi 30 novembre… Après un grand monôme dans la cour de l’école devant une foule de parents, amis et archis, chaque conscrit est baptisé par son ancien. S’ensuivent les discours du directeur du campus, du major de traditions et du DSC, qui leur souhaite la bienvenue dans la communauté. Le soir même, le bal du bapt’s s’est tenu dans l’école, réunissant plus de 3.000 personnes. Un succès certes, mais moindre que celui de la célèbre Nuit des 100 jours, réputée plus grand gala du sud de la France. L’édition 2020 se tiendra le 20 mai, à la veille du week-end de l’Ascension.
 
À Angers dans l’après-midi du 7 décembre, les jeunes gadzarts en uniforme ont formé un A et un M entrelacés dans la cour de l’école. Plusieurs discours ont marqué la fin officielle de leur période d’intégration. Le soir, tous étaient réunis avec parents, archis et amis pour la Nuit de la Sainte-Cécile, gala traditionnel des bords la Maine, organisé au parc des expositions de la ville. Terminons par Châlons, berceau de l’École. On y parle plutôt de fignos que de baptême. La promotion Ch.219 a été consacrée plusieurs fois dans la journée du 7 décembre. Le matin par ses anciens puis par les archis présents, officiellement et en public dans l’après-midi après un imposant monôme en ville. Un grand banquet puis le gala des fignos ont couronné la journée.
 
Sept nouvelles promotions et 1 000 nouveaux gadzarts ont ainsi rejoint notre communauté. On dénombre 15% de futures ingénieures, une proportion en légère baisse. La période d’accueil et d’intégration s’est bien déroulée dans tous les tabagn’s, sans incident majeur pour la deuxième année consécutive, fruit du travail de préparation mené sérieusement par les comités de traditions, en liaison régulière avec la direction de leur campus et avec le DSC.



Texte de Patrick Sandouly (Axel, Cl.73), grâce à l’aide des DSC, des MT et de la MT².